Découverte : la plage naturiste

Voilà un an que le désir est là, à la fin de l’été 2015 j’ai raté l’opportunité de m’y rendre. Hier, ayant acquis ma nouvelle voiture et le temps s’y prêtant, j’ai sauté sur l’occasion et ai franchi le pas, direction la plage des Aresquiers, côté ouest !

Exceptionnellement, les illustrations de cet article ne sont pas de moi, n’ayant pu prendre de photographies pertinentes pour des raisons évidentes et éthiques.

Tour d’horizon

Voilà quelques années que je vis nu à la maison quand les températures le permettent, prenant soin de ne pas être vu (question légale surtout puis pour ne pas « choquer ») ; même pendant la période où j’étais en couple il m’arrivait très fréquemment de me dévêtir et de vaquer à mes occupations dans le plus simple appareil. Le temps passant, j’étais de plus en plus à l’aise, mais impossible de profiter du grand air sans risquer d’être vu.

La plage n’a jamais été mon point fort, d’autant plus que ma peau ne me permet pas d’être au soleil à n’importe quelle heure et dans n’importes quelles conditions : uniquement après 17 h et badigeonné de crème indice maximum (plusieurs dermatos différents m’ont dit la même chose). Bref, il reste les campings naturistes mais ça a un coût… puis en solo, le choix est vite fait ! Ayant enfin acheté une voiture, le temps estival se prêtant au jeu, rien de prévu ce week-end, c’est le moment idéal pour se lancer !

Question physique, je ne dirais pas que j’ai un corps de rêve : je suis grand et fin (1,85 m pour 67 kg), pas de muscles de dessinés et je suis blanc comme un linge ! Mais en toute logique et en se fiant aux divers renseignements pris et ce qui est bien avec le naturisme, c’est que peu importe le physique que l’on a, il est bon !

En route !

Même si j’avais prévu cette escapade quelques jours auparavant, je n’ai à aucun moment flippé de ce qui m’attendais. Au contraire, j’attendais avec impatience ce moment, les diverses lectures de l’année sur le sujet m’ayant bien aidé à me conforter. Vint 16 h 30, le top départ pour commencer à me préparer et me mettre en route, de manière à pouvoir profiter de la plage après 17 h. Au plus proche, j’ai donc choisi de me rendre sur la plage des Aresquiers à Vic-la-Gardiole dans l’Hérault, à une petite demie-heure de chez moi. Je n’ai pas trouvé les parkings payants dont n’arrêtaient pas de parler mes différentes sources de renseignements (tant mieux) et me suis donc garé sur un parking gratuit et me suis dirigé vers la plage. Arrivé à celle-ci, ayant en tête une lecture récente « à gauche pour les naturiste, à droite pour les textiles », je me suis exécuté. Est-ce le bon endroit du coup ?

La plage est étroite, une étendue de galets et de la végétation sur le haut, une zone de sables puis la mer. Il n’y avait pas beaucoup de monde, beaucoup de vacanciers vêtus. Je continue ma promenade et ne tarde pas à buter du regard vers certaines personnes, je n’arrivait pas à déterminer la couleur de leur maillot : vu que je suis daltonien, mes yeux me feraient-ils défaut ? Après un bref instant de réflexion, me vint à l’esprit de me poser la question si en fait cette personne n’en portait pas justement ? (alors que je suis ici pour ça pourtant…). C’est bien ça ! « Mon » premier nudiste trouvé ! Puis un autre, un autre, etc. Ouf, j’étais au bon endroit, je continue mon avancée, m’éloignant par principe de l’entrée de la plage à la recherche d’un emplacement tranquille. Ce qui fût le cas quelques mètres plus loin, de toute manière il n’y avait pas grand monde.

naturisme-plage

J’ai donc étendu ma serviette au milieu d’autres personnes totalement nues. Ni une, ni deux, je me suis déshabillé tout à fait naturellement. Me voilà nu comme un ver, sur une plage, à l’air libre, le moment que j’attendais avec une si grande impatience ! Bien être et sécurité avant tout, je me badigeonne donc de crème solaire des pieds à la tête, et là aucun maillot pour me faire obstacle 🙂 Même simplement le fait de pouvoir profiter du soleil normalement, comme tout le monde (j’ai du coup d’habitude toujours un tshirt à la plage à cause du soleil), c’est très agréable…

Je n’ai donc pas résisté à la tentation d’aller faire trempette ! Et c’est sans doute là le seul moment de ma journée où cela m’a fait bizarre d’être nu, pour aller jusqu’à l’eau, offert aux regards de tous, sans pour autant que ce soit dérangeant. A vrai dire même, personne aux alentours ne semble y avoir prêté attention… J’ai été surpris par la limpidité de l’eau, peu de fond sur plusieurs mètres, mais froide. J’ai donc avancé jusqu’aux genoux, ai marqué un temps d’arrêt pour profiter puis ai rebroussé chemin jusqu’à la serviette où je m’y suis étendu.

Peu de monde présent, très peu d’enfants également. Ce jour là, il y avait un silence presque religieux, pas de bruit de voitures, juste celui des vagues et du vent. Vent qui était chaud, enveloppant voire même trop présent ! Seule ombre au tableau… Il ne me permettait pas de lire ou d’écrire tranquillement, faisant voler ma serviette, mes habits ou m’envoyant du sable par rafales. Entre deux étendues de bronzette, assis sur ma serviette, je regardais les gens au loin, certains en maillot, d’autres nus, quelques enfants qui jouaient dans l’indifférence totale de qui les entouraient. Les notions de « bien être », d’être à l’aise et de profiter du moment prennent tout leur sens : habillé ou nu, peu importe. Certains couples sont même parfois mixtes : l’un habillé, l’autre nu. Aucun dérangement là dedans, aucun regard en coin, tout est normal.

Cayo-Largo_naturistes.jpg

A peine le temps de m’en rendre compte, il s’était déjà écoulé deux heures ! Le temps est passé en un éclair et bien que l’envie manquait cruellement à l’appel, il fallait se résigner à partir, comme l’ont fait peu à peu mes voisins de plage. D’ailleurs à ce sujet, ça m’a amusé comme étonné : je voyais ces personnes nues ces dernières heures et alors qu’elles s’apprêtaient à partir, enfilant leurs vêtements, c’est comme si elles devenaient des personnes différentes, sous le trait de Monsieur et Madame tout le monde. Comme quoi les vêtements jouent un rôle important dans la perception des gens, qu’on le veuille ou non, alors que nus, nous sommes tous au même niveau, égaux, naturels. A mon tour, je me suis rhabillé et ai regagné ma voiture pour rentrer à la maison.

Conclusion

Ça a donc été pour moi une expérience formidable, enrichissante, une sensation de « victoire » d’un défi personnel, balayant tous les préjugés dont je connaissais pourtant la théorie. Ces deux heures sont passées à une vitesse folle, me conduisant à m’interroger au « pourquoi », alors que j’étais pourtant seul et que le temps passe bien plus lentement d’habitude… En fait, pendant ces deux heures, j’avais un profond sentiment de liberté, de tranquillité, d’apaisement… J’étais bien, tout simplement !

10561078_773448269353803_307021155_n.jpg

Il ne fait aucun doute que je renouvellerai l’expérience très vite en espérant qu’il y ai moins de vent pour me permettre une baignade digne de ce nom. L’idéal serait une piscine, mais reste à la trouver… La prochaine étape serait de renouveler l’expérience mais accompagné cette fois-ci, c’est toujours plus sympa ! Egalement, j’aimerais vraiment passer à la vitesse supérieure en découvrant une vie naturiste en plein air sur quelques jours au minimum via un camping ou un village naturiste ; mais là encore, y aller seul n’est pas très engageant…

D’un côté, j’en reviens à être presque gêné d’être amené à écrire cet article comme étant une « victoire », une « découverte », dans le sens où tout cela est censé être normal. Après tout, l’Homme est né nu, il devrait en être ainsi. Mais ceci fera certainement l’objet d’un prochain article 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s